Nos tutelles

CNRS

partenaires financiers

Rechercher




Accueil > Présentation > La fonction d’observatoire

La fonction d’observatoire


Les Pressions et leurs effets sont les processus par lesquels une population peut s’écarter de son bon état de conservation. Leur suivi et leur compréhension sont indispensables pour prendre à temps les décisions de gestion adaptées. Le monitoring des pressions et des réponses peut porter sur tous les maillons de la chaine de relations causales qui relient les activités humaines à l’état de conservation de la mégafaune marine.



Typologie des pressions basées sur leurs effets. Une pression primaire génère une mortalité nouvelle. Une pression secondaire agit sur l’état de santé. Une pression tertiaire génère un changement comportemental.


----

  • Les pressions primaires :



L’embarquement d’observateurs indépendants sur les navires de pêche permet à la fois de suivre l’évolution des pratiques et la mortalité additionnelle générée par unité d’effort de pêche (e.g. Ifremer - OBSMER ou MNHN - légine) ;
la photo-identification des individus permet l’estimation des paramètres vitaux et la prédiction des trajectoires de populations ;
l’analyse des échouages renseigne sur la part de la mortalité par pêche (petits cétacés) ou par collision (grands cétacés) dans la mortalité totale et sur l’origine spatiale de cette mortalité.
L’analyse des prélèvements biologiques issues des échouages renseignent sur les paramètres vitaux d’une espèce, permettant ainsi de modéliser des trajectoires de populations.
L’évaluation de la gravité de ces pressions est obtenue par l’incorporation de cette mortalité additionnelle dans des modèles démographiques.


 

  • Les pressions secondaires :


Les informations relatives aux pressions proviennent d’autres systèmes d’observation (e.g. DCE pour la qualité de l’eau, Ifremer pour l’évaluation des stocks de poissons, GIEC pour les changements climatiques,…) ;
la condition corporelle peut être évaluée directement ou par ses effets sur les performances reproductrices ;
les échouages renseignent aussi sur la condition, l’état de santé général et les performances reproductrices des cétacés.
L’évaluation de l’effet de ces pressions sur l’état de conservation relève le plus souvent d’approches corrélatives, mais la modélisation permet d’envisager prochainement la prise en compte démographique de l’effet de certaines pressions secondaires (e.g. polluants organiques). 


 

  • Les pressions tertiaires :


Les informations relatives aux pressions proviennent d’autres systèmes d’observations (e.g. mesure du bruit ambiant), mais ne sont généralement pas collectées de manière systématique (dégradation des habitats, bruits associés à une activité sur un site spécifique, tourisme naturaliste, recherche,…). La mesure des réponses comportementales peut être conduite selon des approches spécifiques à chaque situation (éolien, navigation, tourisme,...).
La prise en compte des effets des pressions tertiaires sur l’état de conservation des populations n’en est qu’à ses débuts.