La Rochelle, France
05.46.44.99.10 (7 jours/7)

Examen de l’Orque errant dans la Seine

Phénomène rarissime, le 17 mai 2022 une Orque est aperçue remontant la Seine entre le pont de Normandie et Tancarville.
Afin d’assurer le suivi de cet animal, et notamment évaluer son état de santé, les services de l’État (préfet de la Seine-Maritime, OFB, SDIS), le GECC et le RNE (Pelagis) se sont concertés. Les possibilités pour la guider vers la mer ont été également étudiées. Le samedi 28 mai, une opération de guidage vers l’aval est organisée mais sans succès.
Les informations collectées au cours de cette opération, permettent de confirmer un état de santé particulièrement critique. L’orque est retrouvé morte à la dérive le lundi 30 mai.

Récupération de la carcasse le lundi 30/05

L’orque sera alors remorquée jusqu’à Rives-en-Seine pour y être examinée par les correspondants et experts vétérinaires du Réseau National Echouages (RNE). L’autopsie est réalisée le mardi 31 mai avec le soutien logistique remarquable des services de l’Etat.

Cette femelle immature de 4.26 m et de 1100 kg présentait une très mauvaise condition physique.
La putréfaction déjà avancée a fortement compliqué l’examen. L’estomac était vide à l’exception de quelques griffes et vibrisses de phoque retrouvés, ce qui confirme qu’elle ne s’était pas alimentée depuis un long moment.
Ces éléments tendent à montrer que l’animal présentait un mauvais état général. A ce stade, la cause de la mort reste indéterminée. L’analyse des prélèvements effectués permettra sans doute d’apporter des réponses, notamment concernant l’origine des lésions cutanées. Les résultats pourront servir également à connaitre d’autres éléments comme son origine (génétique), le type d’habitat qu’elle utilisait (isotopes), son exposition aux contaminants, etc.

Premier examen externe avant autopsie complète

Depuis 50 ans, il s’agit du 8ème échouage d’une orque en France métropolitaine et le premier cas en Manche.
Cette espèce est connue et régulière en atlantique, aussi quelques observations suggèrent que des individus transitent par la Manche.

Cette orque restera dans les annales et son squelette rejoindra les collections du Muséum National d’Histoire Naturelle.

Les membres du RNE et services de l’Etat en briefing avant l’autopsie.