La Rochelle, France
05.46.44.99.10 (7 jours/7)

Une baleine bleue dans les eaux françaises

Une observation exceptionnelle a été réalisée ce samedi 23 juillet dans le golfe de Gascogne (dans les eaux océaniques françaises à environ 300 km au large de la Vendée) lors d’un survol d’observation de la mégafaune marine conduit par l’Observatoire Pelagis (campagne SCANS 4).

Il s’agit d’une baleine bleue (Balaenoptera musculus), photo prise depuis l’avion qui volait à 600 pieds et à 100 nds.

Bien que cette grande baleine, la plus grande, soit cosmopolite, elle n’est que très rarement observée en raison de sa distribution océanique et de ses densités très faibles. En Atlantique nord-est, sa population est estimée à environ 3 000 individus (NAMMCO, 2019) et elle est classée en « danger » par l’UICN (2018). Toutefois des travaux récents basés sur la photo identification ou l’analyse d’occurrences acoustiques indiqueraient une tendance à l’augmentation.

Au large de nos côtes les observations confirmées sont rares. Elles concernent uniquement le golfe de Gascogne où l’espèce est signalée en moyenne une fois tous les 10 ans !


En raison d’une grande confusion avec le rorqual commun il est également difficile de valider les témoignages anciens d’échouages. Les derniers échouages confirmés dateraient de 1923 dans l’île de Ré (dont les imposantes mandibules sont visibles au Museum d’Histoire Naturelle de La Rochelle) et de 1931 dans les Landes.

C’est l’occasion de rappeler que les eaux du golfe de Gascogne accueillent de nombreuses espèces de cétacés. En été, les grandes baleines en migration, telles que les rorquals communs observés à plusieurs reprises au cours de la campagne, cohabitent avec les grands dauphins, les dauphins communs, les dauphins bleu et blanc, les dauphins de Risso, les globicéphales noirs, les cachalots ou encore les baleines à bec. Ces survols révèlent des hotspots de diversité dans les eaux françaises du golfe de Gascogne ou en mer celtique. Ces zones jouent très certainement un rôle très important dans la survie de ces espèces.